Avertir le modérateur

03/07/2008

France 3 tente de stopper la vidéo de Sarkozy sur le web

Le site Rue89 vient de se faire menacer par France 3 par lettre d’avocat. Objectif : révéler les sources du site qui l’ont conduit à diffuser, sur Dailymotion et YouTube, la vidéo de Nicolas Sarkozy sur le plateau de France 3. « Du jamais vu : un média qui menace un autre média de procès pour révéler ses sources ! », s’indigne Pierre Haski qui indique par ailleurs que « le courrier des avocats exige […] que nous retirions cette vidéo du site et la destruction du document en question ». Plus tard, on apprenait finalement que France 3 a demandé de retirer le passage relatif à la citation des sources dans la plainte, mais le reste demeure : le courrier évoque une violation des droits de France 3 en tant que producteur et entreprise de communication audiovisuelle. Évidemment, le contexte du financement des chaînes publiques joue le rôle d'huile sur ce pseudo feu juridique.

video sarkozy france 3 dailymotion

Cette vidéo qui a fait le tour du web, à l’instar du « casse-toi, pauvre con » montre le président Sarkozy, sur le plateau de la chaîne, s’indignant de l’impolitesse d’un technicien (qui ne lui avait pas retourné son bonjour) et s’informant du passage au placard d’un des journalistes de l’antenne…

Les réactions de Rue89 ne se sont pas fait attendre : « Si France 3 veut faire la chasse à la vidéo, elle aura du boulot. Ce document a été jugé suffisamment significatif pour être repris sur la quasi-totalité des sites d'information de France, d'innombrables blogs, des chaînes de télévision françaises, ainsi qu'à l'étranger. Et il a été vu par plus d'un million d'internautes en 24 heures ! » Autant dire que l’hémorragie sera délicate à stopper d’autant que, selon les derniers chiffres, la vidéo en question a été vue près d’1,5 million de fois sur Dailymotion et 100 000 fois sur YouTube. Et nul doute par ailleurs que cette demande suscitera un peu plus les copies de copies rendant bien vaine cette croisade.

21:10 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy

17/06/2008

Loi anti-piratage : le Conseil d’Etat recommande un texte moins dur

Le Conseil d’Etat invite le gouvernement à opérer quelques modifications de taille dans son projet de loi

Un peu de douceur dans un monde de brutes. La future loi anti-piratage pourrait finalement être moins dure que prévue. Selon Les Echos, le Conseil d’Etat, plus haute autorité administrative de France, aurait demandé au gouvernement de revoir son projet. La modification porterait sur plusieurs points.

La riposte graduée, remise au goût du jour par le texte défendu par Christine Albanel, la ministre de la Culture et de la Communication devrait être précisée. Pour le Conseil d’Etat, qui semblait pourtant en accord avec le projet, l’aspect gradué du dispositif manque de précision.

Le Conseil tient à la gradation du processus : mail, lettre recommandée puis suspension, une gradation qui devra être inscrite dans la loi, ce qui n'est pas le cas dans l'état actuel du texte.

La Conseil d’Etat a également mis le doigt sur les recours des internautes. Si la gestion de l’avertissement et la sanction restent dans les mains de l’Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet), la question de l’autorité en charge du recours divise. Le texte recommande l’envoi du pirate devant le tribunal administratif au contraire du Conseil d’Etat qui plaide pour un traitement par les autorités judiciaires.

En ce qui concerne la durée de la suspension de l'abonnement, le Conseil d’Etat se révèle moins sévère que le gouvernement. Au lieu des six mois prévus par le texte, le Conseil réclame une suspension ramenée à trois mois.

Le Conseil réclame une révision de la date d’entrée en vigueur de la loi. Pour mémoire, l’Arcep (le régulateur des télécoms) avait réclamé pour les fournisseurs d’accès un délai supplémentaire, le temps pour ces derniers de mettre leur infrastructure aux normes édictées par la future loi.

Enfin, le Conseil d’Etat souhaiterait que le pouvoir d’ordonner le filtrage des réseaux demeure dans les mains d’un juge. Le texte gouvernemental prévoyait de déléguer cette aptitude à l’Hadopi. Seule l’autorité judiciaire "peut ordonner toute mesure propre à faire cesser ou prévenir une atteinte au droit d’auteur ou droit voisin, occasionnée par le contenu d’un service en ligne", répond le Conseil d’Etat.

Certains points n’ont pas été abordés par le Conseil notamment la suspension de la connexion dans le cadre d’offre triple play. La haute autorité n’a pas émis d’opinion à ce sujet alors que la CNIL s’y était montrée opposée.

Rappelons que l’avis du Conseil d’Etat, demeure consultatif, rien ne force le gouvernement à prendre en compte ses indications. Le Conseil des ministres qui se tiendra le 18 juin devrait sceller le sort du texte.

http://www.silicon.fr/fr/news/2008/06/17/loi_anti_piratag...

21:13 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : anti-piratage

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu